-

Attention ! Cahier de vacances défecteux

Publié par admin le 7 août 2018 dans Enseignement, Futile-Inutile, Humeurs

Mon petit fils faisait sagement des activités dans son cahier de vacances, et je tombe sur ça :poumon-vert

Le titre semble alléchant, « poumon vert », expression que l’on trouve partout et énormément galvaudée. Que signifie-t-elle alors, il faut se pencher sur la prose qui suit.

« Par leur respiration, les arbres et les plantes des forêts transforment l’air et le rendent plus pur » ? ?
C’est assez bizarre; les arbres ne seraient-ils pas des plantes puisqu’on les met à part ? Mais alors que sont-ils ? Il faudrait que l’on m’explique cette nouveauté.
La respiration transforme l’air ? Oui, peut être puisqu’il s’agit d’un échange gazeux où il y a consommation de dioxygène (O2) et rejet de dioxyde de carbone (CO2). Mais en milieu ouvert, comme celui d’une forêt, la composition globale de l’air ne changera pas. Donc l’air ne sera pas « plus pur », plus pur en quoi, cela on ne nous le dit pas.
« La forêt aide la planète à respirer« . Ah bon … je ne savais pas que la Terre était munie de la fonction respiratoire.

Nous avons là un exemple de texte pseudo-scientifique qui se veut expliquer le rôle des végétaux verts, il faudrait dire végétaux chlorophylliens, et qui embrouille le lecteur et lui inculque même des notions erronées.
Les auteurs, mais surement pas des professeurs possédant des notions de SVT, voulaient sans doute évoquer la photosynthèse. Celle-ci, rappelons-le, est un processus par lequel les végétaux chlorophylliens consomment le CO2 puisé dans l’air et l’eau puisée dans le sol pour fabriquer (synthétiser) leur matière organique (protides – lipides et glucides) grâce à l’énergie lumineuse (lumière solaire dans la nature) captée par la chlorophylle. Ces réactions s’accompagnent du rejet d’un déchet : le dioxygène (O2). En plus de ces réactions de photosynthèse, les végétaux chlorophylliens respirent aussi (consommation de dioxygène et rejet de dioxyde de carbone) mais à la lumière, l’intensité de la photosynthèse est largement supérieure à celle de la respiration, le bilan net est donc une absorption de CO2 et un rejet d’O2.

Où trouve-ton ces imbécilités ? Là :Nathan-Vacances

Pour les enfants concernés (10 – 11 ans) il était cependant possible d’écrire un petit texte simple mais scientifiquement exact comme par exemple :

La forêt, un « puits de carbone »
« Les arbres et autres plantes de la forêt possèdent un pigment vert nommé la chlorophylle, ils peuvent capter le dioxyde de carbone de l’air. A la lumière, ces végétaux fabriquent leur matière à partir du dioxyde de carbone et l’eau et rejettent du dioxygène : c’est la photosynthèse.
Les végétaux verts participent à emprisonner le CO2 de l’air, ce sont des « puits de carbone ». Sans eux, la quantité de CO2 dans l’atmosphère augmenterait énormément ce qui ferait augmenter considérablement la température du globe et rendrait la Terre invivable. C’est pourquoi les grandes forêts doivent être protégées. »

Mots-clefs :, , , , ,

 
-

Nice Matin est nul en chimie

Publié par admin le 2 avr 2016 dans Futile-Inutile

Sur le site « nicematin.com » du samedi 2 avril 2016 nous pouvons lire :CO-CO2_NM

Rappelons que :

  • Le CO2 est le dioxyde de carbone, gaz incolore, inodore et non toxique. C’est seulement si sa concentration dans l’air atmosphérique devient importante que des risques d’asphyxie peuvent apparaître à cause de la concentration en dioxygène qui devient insuffisante.
    En savoir plus sur le CO2 avec wikipedia.
  • Le monoxyde de carbone, CO, est aussi incolore, inodore mais très toxique. Il se combine facilement avec l’hémoglobine pour former un composé stable, la carbhémoglobine qui ne peut plus fixer le dioxygène. Les cellules sont en anoxie ce qui entraine une asphyxie.
    En savoir plus sur le CO avec wikipedia.

 

Dans le cas de cette « nouvelle », il s’agissait bien entendu d’une asphyxie au CO (monoxyde de carbone) dégagé par le dysfonctionnement d’un chauffe-eau.

Mots-clefs :, , , ,

 
-

C’est le printemps

Publié par admin le 20 mar 2016 dans Futile-Inutile

« On » vous a sans doute appris que le printemps tombait le 21 mars, cette donnée est fausse car l’équinoxe printanière dépend de nombreux facteurs astronomiques. Cette année, cette date fatidique est le 20 mars à 4h30 TU et ce pour les raisons expliquées dans un article du Figaro (cliquez sur l’image) mais qui comporte des erreurs et des approximations dommageables car les journaleux ne sont pas des personnes rigoureuses et qui n’y comprennent pas grand chose dans les domaines scientifiques.

Fleurs_printemps

Pour être certain d’être correctement informé il faut se référer sur des donnée fiables d’organismes scientifisues. Vous aurez encore plus de précisions en lisant cet excellent article de l’Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Ephémérides (IMCCE – Paris).Terre

Mots-clefs :, ,

 
1

Nul en math

Publié par admin le 7 fév 2016 dans Enseignement, Humeurs

Dans un article de la sérieuse (jusque là) revue « National Géographic » on peut lire la chose suivante à propos de la découverte d’un nombre premier à 22 millions de chiffres :

Nombre-premier_fausse-definition

Vous n’avez rien remarqué ? Alors sans doute vous n’étiez pas très attentif en classe pendant les cours de math. Ce texte comporte plusieurs graves erreurs totalement inadmissibles dans une revue grand public. Le lecteur sera alors persuadé que ce qu’il a lu est vrai car « c’est écrit dans le journal », c’est donc forcément vrai.
Rafraichissons la mémoire en rappelant qu’un nombre premier est un nombre entier positif (entier naturel) uniquement divisible par lui-même et par 1. Par exemple 2 ; 3 ; 5 ; 7 ; 11 ; 13 …
Les nombres 0 et 1 ne sont ni premiers ni composés.

Nombres-premiers

Les nombres premiers inférieurs à 100

[lire ceci pour plus de précisions]

  • La première erreur est l’écriture du nombre en exposant de 2 : on nous propose 74,207,281. Cette façon d’écrire ne correspond à rien pour les francophones. Chez nous, la séparation des chiffres par « paquet » de mille est un espace (alors que la virgule « , » est l’écriture des anglo-saxons pour ce séparateur) ; pour nous la virgule sépare la partie entière d’un nombre de sa partie décimale, alors que chez les anglo-saxon c’est le point « . » Il fallait donc écrire en bon français le nombre en exposant, qui est ici un nombre entier, de la façon suivante : 74 207 281
  • La deuxième erreur fait hérisser les cheveux sur la tête lorsqu’on nous dit « Ce nombre, à 22 millions de décimales [...] « . Quelle aberration, quelle horreur, quelle erreur … puisque un nombre premier est un entier naturel il ne peut avoir de décimales. Ici il faut remplacer décimales par chiffres. Cette erreur se retrouve plus loin dans le texte dans « [...] à 5 millions de décimales près [...] « .
  • La troisième erreur est l’écriture suivante dans la dernière ligne du texte : « [...] sous la forme 2n-1 « . Cette écriture suggère que « n » est multiplié par 2 puis on ôte 1, équivalent à « 2 * n – 1  » ou « (2 * n) – 1  » si vous ne connaissez pas les priorités opératoires et préférez mettre des parenthèses. Ce n’est pas du tout cela car 2 est « élevé à la puissance n » ou « 2 puissance n » moins 1 et la bonne écriture est 2n – 1

Le texte corrigé sera donc :

274 207 281– 1. Ce nombre, à 22 millions de chiffres, ne vous évoque sûrement pas grand chose. Il vient pourtant de détrôner, à 5 millions de chiffres près, le précédent record du plus grand nombre premier de Mersenne (ceux qui peuvent s’écrire sous la forme 2n –1, n étant un nombre premier).

N’essayez pas de le calculer avec votre calculette, même « scientifique » vous aurez rapidement un message d’erreur du style « Error : overflow » ou « Error : Result is too big » ou alors elle aura explosé, pensez donc … avec un nombre composé de 22 millions de chiffres !
Pour en savoir plus sur les nombres premiers de Mersenne : c’est ICI

On aimerait qu’avant de publier de telles âneries en direction du public pour vulgariser les mathématiques, les auteurs, rédacteur en chef et correcteurs (s’ils existent) fassent relire la prose par un spécialiste. Les sciences en général et les mathématiques en particulier ne sont pas les spécialités de « National Géographic » qui, comme son nom l’indique s’occupe essentiellement de géographie.

Mots-clefs :, , ,

 
-

Sapins de Noël et photosynthèse

Publié par admin le 2 jan 2016 dans Enseignement

Lu sur un site de vente de sapin de Noël :

Les sapins cultivés participent à la production d’oxygène grâce au mécanisme de la photosynthèse (la transformation du dioxyde de carbone en oxygène).

Quelle belle ânerie que voilà ! Ces gens ne savent même pas ce qu’est la photosynthèse et ils osent en parler comme si ce qu’ils racontent était la « vérité-vraie ».
Rappelons, pour les ignares qui n’ont pas suivi correctement les cours de SVT au collège et au lycée, que le dioxygène rejeté par les réactions de photosynthèse est formé à partir des atomes d’oxygène provenant des molécules d’eau (H2O) et non pas de la molécule de CO2 ; celle-ci est incorporée dans les molécules de matière organique. Donc les végétaux chlorophylliens ne transforment absolument pas le CO2 en O2 ! !

Pour en savoir plus sur la photosynthèse, c’est par ICI.

Recyclage-Sapin

Mots-clefs :, ,

Copyright © 2019 Bego.06. Theme signé Laptop Geek. Traduction WordPress tuto.