0

Humm … les bons produits pour les neuneus

Publié par admin le 26 sept 2019 dans Consommation

Dans divers magazines grand publics ciblés « ménagères de moins de cinquante ans » ou bien « séniors » (pour ne pas dire les vieux croutons ramollis du cerveau qui gobent tout ce qu’on leur raconte) vous trouvez souvent des offres alléchantes pour des produits alimentaires, produits souvent dit « de luxe » mais offerts ici et exceptionnellement pour les nouveaux clients à des prix dérisoires; produits accompagnés de cadeaux divers et variés comme : des couteaux, des planches à découper, des torchons, des bouilloires, des cafetières, des minuteurs, des grills; articles fabriqués en RPC et à très bas prix mais présentés comme étant de qualité inégalable, bref de la bonne et vraie camelote. Il en est ainsi de cafés « rares », de biscuits « à l’ancienne », de sardines « d’exception » et même de foies gras « avant-saison » … (liste non limitative). Tous ces boutiquiers ne vendent qu’à distance et n’ont aucune boutique réelle, même sur place.

Bloc-foie-gras

C’est un exemple de ce dernier cas dont je voudrais vous entretenir.

Ainsi, dans une publicité de ce type, une société (que je nommerai pas évidemment) implantée dans un magnifique moulin (c’est eux qui le disent) dans le sud-ouest se targue de proposer à un « prix choc » 6 blocs de 100 g de foie gras de canard pour la modique somme de 20€ ! Oui, 20€ seulement pour 600 g (!), plus des cadeaux évidemment.
Précisons déjà, pour ce qui ne le savent pas que le « bloc de foie gras » est une émulsion de plusieurs foies gras travaillés ensemble mécaniquement , un mélange subtil et homogène de bas morceaux de foies gras souvent de piètre qualité, salés et poivrés afin de masquer parfois un gout douteux. Rien à voir avec le foie gras entier ! Bref, le fois gras pour les pauvres. J’ai demandé, par courriel, à cette société de m’éclairer un peu sur l’origine de leur fois gras : sud-ouest, IGP, autres régions de France ? Bien entendu je n’ai reçu aucune réponse, étant entendu (en sous-entendu) que cette société qui se vante d’être dans le sud-ouest et de préparer eux-même sur place leurs produits utilise du foie-gras étranger (en général Hongrie et autre). C’est leurrer le consommateur qui croit alors acheter puis consommer un produit originaire du sud-ouest. Certes ils ne disent pas que leurs foies sont du sud-ouest, mais les benêts peuvent le croire. Sans compter que ces « offres » font du tord à nos vrais produits régionaux … mais qui sont beaucoup plus chers.

Et ce n’est pas la seule société qui arnaque ainsi le consommateur sur l’origine et la nature des produits, elles sont légion à faire passer des produits de qualité médiocre pour des produits « haut de gamme ». Mais que fait la DGCCRF ? Pas grand chose car d’une part leur nombre d’agents  fonctionnaires se réduit comme peau de chagrin (le gouvernement favorise de ce fait la prolifération d’entreprises, peu importe ce qu’elles font) et d’autre part il n’y a pas réellement fraude mais seulement une présentation textuelle suffisamment ambiguë pour leurrer, berner, tromper, arnaquer un consommateurs pas suffisamment vigilant et qui ne se préoccupe essentiellement que du prix, le plus bas possible pour manger de la merde sans se poser de question.

PS (non, pas le parti !) : bientôt un billet sur tous les « pseudo-médicaments miracles » et « naturels » qui guérissent presque tout depuis les cors aux pieds jusqu’à la surdité en passant par la prostate et qui, en plus, vous font maigrir. Bienvenue aux crédules.

Mots-clefs :, , ,

 
-

C’est nouveau … et c’est dégeulasse !

Publié par admin le 19 juin 2019 dans Consommation

Andros vient de sortir « ça » :

mousse-chocolat-vegan_Beurk C’est gourmand qu’ils disent, c’est à vérifier; c’est végétal qu’ils disent … aïe, aïe … aïe … là je me méfie. Mais ne soyons pas mauvaise langue à priori. Vérifions d’abord la liste des ingrédients :

Lait de coco allégé 31,8% (eau, extrait de noix de coco), eau, chocolat 16.2% (sucre, pâte de cacao, beurre de cacao, cacao maigre en poudre, émulsifiant: lécithine de SOJA, arôme naturel de vanille), sucre, eau de coco, amidon, protéines de pomme de terre, émulsifiant: mono et diglycérides d’acides gras (colza), épaississant: carraghénanes, sel.

Mais, mais … où sont les ingrédient essentiels et fondamentaux d’une véritable mousse au chocolat ? C’est à dire, et uniquement :
- des œufs
- de la crème
- du chocolat noir à au moins 80% de cacao
- du sucre vanillé
Et dans ce « bidule », point d’œuf, que du chocolat à faible teneur en cacao, du sucre en quantité et tout un tas d’ingrédients saugrenus et sans intérêts : du lait de coco « allégé » (mais allégé en quoi ?) – de l’eau ! !  – de l’arôme « naturel » de vanille, c’est à dire un produit naturel transformé naturellement par des fermentation pour aboutir à un « truc » qui à le gout de la vanille mais qui n’en est pas – du sucre (lequel ? quantité ?) – de l’amidon (pour donner de la consistance à ce machin) – des protéines de pomme de terre (il faut des protéines puisqu’il n’y a pas d’œuf) – des épaississants et des émulsifiants.

En résumé, ce truc est une composition ultra-transformée, qui contient trop d’ingrédients sans intérêt si ce n’est donner l’aspect d’une mousse au chocolat à un assemblage qui n’en est pas. Bref, ne l’achetez pas, et surtout ne consommez pas cet ersatz végétal qui n’apporte rien de bon pour la nutrition et la santé. Préférez de vraies mousses au chocolat faites maison, c’est simple, bien meilleur et pas plus énergétique.
J’ai tenté de gouté ce bidule : infâme, c’est hyper sucré, le gout du chocolat on le cherche encore ainsi que l’onctuosité et la légèreté des véritables mousses au chocolat.

Les industriels de l’agro-alimentaire commencent sérieusement à « nous les briser menu » avec leurs produis allégés, sans machin-truc et végan.

STOP au VeganSTOP au VEGAN

Mots-clefs :, , , ,

 
-

Cricri (déjà) en campagne

Publié par admin le 2 juin 2019 dans Futile-Inutile

2020 sera l’année des élections municipales. Notre saigneur (sans faute de frappe, il nous saigne vraiment avec les impôts locaux fort élevés) est entré en pré-campagne pour ne pas se laisser voler la vedette par l’autre, le sieur Ciotti, qui ne va pas se laisser faire.
Donc, Crici commence par publier un livre et à organiser des séances de dédicace.Cricri_pub-01

Tout d’abord rappelons que ce triste personnage n’a pas le baccalauréat et n’est sûrement pas capable d’écrire un bouquin. On aimerait bien connaître le nom de son « nègre » qui n’a pas honte de rester dans l’anonymat le plus complet pour écrire des imbécilités incommensurables. Car, que peut-il y avoir dans ce torchon, sinon un ramassis de mensonges ou plutôt d’infox et de contre-vérités destinées simplement à faire « mousser » le monsieur, c’est de la propagande. Circulez … il n’y a rien d’intéressant à lire là dedans; comme pour tout ouvrage de politique, d’ailleurs.
Ensuite, il s’offre (à nos frais) une pleine couverture et des pages dans « le Point », heddomadaire de droite, bien entendu :Cricri_pub-02

« L’incroyable histoire de Nice », je ne savais pas que ce type était historien. En fait , d’après lui il est « tout » : historien, motodidacte, homme politique de droite, écrivain, omniscient, visionnaire, dépensier (oh oui !), baratineur. La campagne électorale a bien commencé; il nous reste cependant à espérer que ni ce bonhomme, ni l’autre encore plus à droite ne seront élu; l’avenir est tout autre : chez « les verts ».
Alors, un bon conseil pour ne pas perdre encore un peu plus d’argent : n’acheter ni cette revue « droiteuse », ni et surtout son bouquin … sauf si vous manquez de papier dans une certaine pièce de votre domicile; c’est le seul usage que j’y vois !

Mots-clefs :, , , , , , ,

 
-

Rien à voir entre l’emballage et la réalité

Publié par admin le 1 juin 2019 dans Consommation, Humeurs

L’avez-vous gouté ?

Cote-dor_orange_Tablette

Attiré par les inscriptions de l’emballage « fèves rares Trinitario » et « orange corsée », la salive commençait à envahir ma cavité buccale. J’achète une tablette, pour voir, et aussitôt arrivé à la maison, je coupe une barre de deux carrés pour déguster.

Quelques secondes après l’introduction en bouche et fonte partielle du-dit chocolat, une saveur indéfinissable est analysée par mon cerveau. Indéfinissable est bien le mot car le gout de « la fève rare » je le cherche et celui même du chocolat je le cherche encore. Aucune référence gustative de chocolat, pas d’amertume caractéristique. Et la saveur « orange corsée » ? Et ben … comment dire …. ? C’est plutôt une saveur chimique sans rapport aucun avec celle de l’orange, une « saveur » inconnue de la mémoire de mes neurones, rien, mais alors rien de comparable à de l’orange.
En résumé : pour le chocolat 2/20 et pour la saveur orange 0/20.

Mais alors, qu’y a-t-il dans ce « machin » ? Pour le savoir écarquillons les yeux car c’est écrit en tout petit :Cote-dor_orange_composition

Et là, on comprend mieux :
- Il n’y a que 60% de cacao, alors qu’un bon chocolat noir doit en contenir au moins 85%. Pourquoi n’ont-ils pas écrit ce pourcentage en gros au recto de l’emballage ? Mais pour leurrer le client avec la mention « fèves rares … », et ça a marché. Les fèves sont peut-être « bio » et « rares », mais le gout n’y est pas.
- Arômes naturels d’orange, là aussi on comprend; un arôme « naturel » est un arôme provenant de substances naturelles qui ne sont pas forcément celles du produit final, souvent transformées pour aboutir à une saveur proche (mais jamais identique) de celle du produit nommé. Bref, le produit initial n’est peut-être pas de l’orange mais est « naturel » (pas chimique .. bien que tout soit chimique; les êtres vivants sont constituées de molécules, chimiques … passons), il est ensuite transformé par des fermentations « naturelles » pour aboutir à un « machin » qui devrait avoir le gout de l’orange (ce qui n’est absolument pas le cas ici !). Nous sommes bien loin  de « extrait d’orange ».

« Cote d’or » nous avait habitué à des productions autrement meilleures; là c’est un échec total, une catastrophe gustative. Espérons que ce « bidule » soit rapidement retiré du commerce.

 

Mots-clefs :, , , ,

 
-

Ils se foutent de nous

Publié par admin le 4 fév 2018 dans Consommation, Futile-Inutile

Actuellement passe et repasse lors de la « pause » pub’ (ce moment délicieux où l’on peut enfin se décrocher du canapé pour aller vaquer à diverses occupations parfois très urgentes), des différentes chaînes de tévé, une petite vidéo d’une dame qui nage dans un océan de petites billes rouges indéfinissables. Elle tente de nous fourguer une nouvelle boisson, celle ci :

OceanSpray_canneberge

Et de nous vanter tous les bienfaits de ce bidule qu’elle essaie de faire passer pour un jus de fruit. Qu’en est-il réellement, penchons nous sur la composition de ce machin aimablement fourni par la marque elle-même.

OceanSpray_canneberge_composition

Voila, lisez bien surtout la liste des ingrédients.
Le composé principal c’est de la flotte, oui de l’eau, de la banale eau (même pas « de source ») dans laquelle est diluée du jus de fruit (lequel ? On peut espérer que c’est celui du fruit écrit en gros sur la bouteille …) et il n’y en a que 27% ce qui, compte-tenu de la faible teneur des autres ingrédients, l’eau doit avoisiner les 70%+. Et de la vitamine C, car les process de fabrication du concentré ne laissent qu’une teneur infinitésimale. Du sucre ajouté, et pas à petite dose (10g/100mL). Les derniers ingrédients surprennent : « concentré de légume et fruit » dont la carotte ! ! Et enfin, pour donner un peu de saveur à ce savant mélange, un arôme « naturel »; arôme de quel parfum, de quoi ? Rappelons qu’un arôme « naturel » ne signifie absolument pas un extrait du fruit mais un produit chimique élaboré par des procédés naturels, comme des fermentations, qui donne une saveur très proche du fruit concerné. Sans oublier la teneur en sucre (lequel ?) de quasiment 10g / 100 mL ce qui fait 100 g/L (rappelons pour les ignares qui ne savent pas convertir que 1 L = 1000 mL). 100 g de sucre dans un litre de boisson c’est l’équivalent de 20 morceaux de sucre; tout à fait comparable aux autres sodas dont on connait les effets néfastes sur la santé.

Bref, ce breuvage est un mélange fortement aqueux dans lequel est dissous un soupçon de concentré de fruit (cranberry qu’en bon français il faudrait appeler canneberge), des édulcorants aromatiques et un excès de sucre. Et combien est vendu ce « machin » ? Chez Auchan la bouteille de 1,5 L est à 2,09€ (prix au 04-02-2018) soit 1,36 €/L. C’est vraiment très cher payé un litre de flotte agrémentée de quelques extraits végétaux.

J’ai pris cet exemple car c’est un nouveau produit qui tente d’envahir le marché. Mais il n’est pas le seul, loin de là. Les « créatifs » de la pub’ nous vendent du vent en le faisant passer pour du parfum haut de gamme. Tout y est merveilleux, admirable, indispensable, sensationnel, extraordinaire, fantastique, fabuleux, surprenant, parfait, prodigieux, primordial, vital, de première nécessité … (merci au dictionnaire des synonymes). De plus, cette mixture est d’origine nord-américaine; pourquoi nous laisser envahir par ces produits issus du monde pas si merveilleux que ça de Trump. Nous avons en France des boissons plus simples, plus saines, plus authentiques. Et puis, assez de ces préparations industrielles, buvons de l’eau (celle du robinet est de très bonne qualité et peu chère) et si vous le désirez des jus de fruits pressés « maison » … Ne nous laissons pas succomber à la tentation des diableries publicitaires.

Dans la même catégorie des « bidules » alimentaires peu recommandables :
- Mais qui ose manger « ça » ? [Oreo, le prétendu "biscuit" et pas une version d'Androïd]

Mots-clefs :, , ,

Copyright © 2019 Bego.06. Theme signé Laptop Geek. Traduction WordPress tuto.