-

Le massacre de la cuisine niçoise continue

Publié par admin le 14 mar 2018 dans Consommation, Futile-Inutile

Après l’affaire du « pan bagnat au poulet-miel » (petit rappel ici), ne voila-t-il pas qu’une « chef » bien mal inspirée  nous propose une bien curieuse « pissaladière » :

Pissaladiere_mesclun_tomates[ cliquez sur l'image pour lire l'article (Nice-Matin) ]

La recette de la véritable pissaladière est celle-ci, méfiez-vous des contrefaçons qui pullulent dans les revues féminines mais aussi sur internet  : http://www.nice.fr/uploads/media/default/0001/02/pissaladiere.pdf

Tous ces prétendus « chefs » étoilés commencent sérieusement à me les briser menu lorsqu’ils massacrent les recettes régionales authentiques en y ajoutant des ingrédients plus ou moins saugrenus. Ils veulent innover, inventer … certes, mais alors il faut qu’ils changent le nom de leur composition, il ne faut plus que l’on y trouve une quelconque allusion au plat original.

D’autres recettes de la cuisine niçoise

Mots-clefs :, , , , ,

 
-

Pan bagnat : « les cons, ça ose tout,
c’est même à ça qu’on les reconnaît ! »

Publié par admin le 6 mar 2018 dans Consommation, Futile-Inutile

Un « restaurateur » de l’aéroport de Nice a osé faire « ça » :

Pan-Bagnat_heresie

Non mais, où il l’a eu son diplôme de cuisinier celui-là ?  Un minimum d’honnêteté voudrait que l’on respecte scrupuleusement les recettes régionales. Les revisiter, peut-être, et pourquoi pas à la condition de ne pas donner le nom d’origine du plat.
Les touristes qui débarquent à l’aéroport seront leurrés, trompés, arnaqués en  croyant consommer un de nos plats nationaux (du Comté de Nice, j’entends) et en repartirons avec une fausse idée. Et dire que ce « machin » (c’est innommable) est « offert » pour la modique somme de 9,00 €. Il ne s’em….de pas le monsieur !

Amis touristes, si vous voulez gouter à la véritable cuisine niçoise, c’est par ici.

Mots-clefs :, , , , ,

 
-

L’énorme sacrilège d’Emirates Airways

Publié par admin le 26 juil 2017 dans Consommation

Cette compagnie aérienne « arabe » ose proposer « ça » à ses voyageurs sur le vol Dubaï – Nice en Airbus A 380 qui  est censé être le fleuron de la compagnie :Salade-Nicoise_Sacrilege

Comment ? Vous ne l’avez pas reconnue ? C’est vrai qu’elle est tellement maltraitée, défigurée, ravagée, massacrée qu’elle est devenue méconnaissable. Ce « machin » revisité à la sauce musulmane est pour eux une « salade niçoise » ! Elle est composée (ou plutôt décomposée) ici d’une malheureuse rondelle de tomate, quelques miettes de thon, le tout disposé sur un lit de haricots verts et de pomme de terre mêlés à quelques pennes, avec en prime ,oh miracle, une olive !

Se rendent-ils compte qu’ils commettent ici un énorme sacrilège, un crime contre la gastronomie niçoise ? On ne doit pas modifier, revisiter ou pire maltraiter la salade niçoise; elle est sacrée. C’est « bien plus pire » que de manger pendant le Ramadan et d’y boire de l’alcool. Cette profanation, cet outrage doit être immédiatement puni, sans jugement : plus aucun vol de cette compagnie ne doit se poser à Nice tant qu’elle ne remédie pas à ce blasphème en proposant aux client une véritable salade niçoise composée dans les règles de la tradition.

 

 

Mots-clefs :, , , ,

 
-

Carnaval de Nice 2017 : la fin d’une gratuité

Publié par admin le 11 fév 2017 dans Humeurs, Les fantaisies de Christian, Nice pratique

[mis à jour le 11/02/17]
Aujourd’hui débutent les festivités du Carnaval, « Roi de l’énergie ». Niçois, ne vous réjouissez pas car la municipalité a décidé de ne plus offrir de vision gratuite à sa populace; tout sera payant !
Depuis qu’il existe, le Carnaval de Nice permettait à une partie de la population d’accéder aux défilés sans débourser le moindre centime; seule la Place Masséna était en accès payant bon pour les benêts de touristes. La zone gratuite fut d’abord et pendant longtemps le long parcours sur l’avenue de la gare, devenue ensuite avenue de la Victoire et enfin Avenue Jean Médecin (à ne pas confondre avec son escroc de fils). La foule bigarrée et joyeuse se pressait pour voir passer les chars et les grosses têtes et s’adonner ensuite à des batailles de confetti mémorable – toute ma jeunesse -.
Après la mise en service de la ligne T1 du tram, le parcours a été dévoyé autour du jardin Albert 1°, et la vision gratuite de sa Majesté et de sa cour (non, je ne parle pas de Estrosi mais bien du Roy carnaval) pouvait encore s’effectuer le long de l’avenue de Verdun – la Promenade des Anglais et l’avenue des Phocéens [voir ici]

Cette année, à cause du terrible attentat du 14 juillet 2016; les organisateurs ont décidé de modifier le circuit afin qu’il soit plus sécurisé -proposition louable en soi, vu le manque total de précaution prise ce soir là par Estrosi et sa clique-. Ce nouveau circuit part de la place Masséna, fait le tour d’une partie de la promenade du Paillon par le Bd Jean Jaurès – l’allée résistance et Déportation – et enfin revient par l’avenue Félix Faure pour retourner à la Place Masséna. Petit circuit … Les batailles de fleurs suivront le même parcours et ne se dérouleront donc plus sur la Promenade des Anglais comme auparavant (sécurité oblige !).Plan Carnaval 2017
La nouveauté, et je m’en suit aperçu en compulsant le site ad hoc, est qu’il n’y a plus du tout de zone à accès gratuit pour les corsi (il n’y a pas de faute, c’est bien le pluriel de corso, mot italien) carnavalesques. La zone « B » (voir le plan ci-dessus) est en accès payant. Les niçois apprécieront …

Faire casquer tout le monde, même si ce n’est « que » 5€ pour voir défiler les grosses têtes en restant debout est immonde. Ainsi, Carnaval ne sera plus une fête « populaire » (pouha … quel vilain mot que les instances dirigeantes droiteuses de la famille des ripoublicains et partis clones de la ville ne veulent pas entendre). Il faut faire du fric à tout prix (!) et tant pis si les familles modestes doivent éliminer ce spectacle qu’elles pouvaient encore offrir gratuitement à leurs rejetons jusqu’à l’année dernière. Les organisateurs prétextent la sécurité. Certes, elle est nécessaire, des contrôles doivent être mis en place après la calamiteuse impréparation du 14 juillet dernier, mais cette enceinte « sécurisée » autour de la promenade du paillon aurait pu, aurait dû rester gratuite; c’était la moindre des choses.

Niçoises, niçois, rappelez-vous lors des prochaines élections comment vous traite la municipalité dirigée en sous-main par Estrosi : par le mépris. Et si vous ne pouvez pas assister à ce carnaval, dites-vous qu’il y en a un autre actuellement : les péripéties facétieuses de tonton Fillon qui s’empêtre dans le non-dit et qui plonge, qui plonge …

Estrosi_grosse-tete

Mots-clefs :, , ,

 
-

Nice-Matin toujours autant inculte

Publié par admin le 7 jan 2017 dans Futile-Inutile

Dans un article paru le 7 janvier sur son site « ouaibe », notre coincoin local nous rapporte ce que l’on mangeait en France ,et plus particulièrement sur la Côte d’Usure, à partir d’une ancienne carte parue en 1929 qui est mise en ligne par la BNF.
Et le journaleux de service écrit :Nice-Matin_inculte

Passons sur « l’oubli » de l’accent aigu pour coté, sans doute dû à un dérapage sur le clavier (il y a du verglas en ce moment). Mais le scribouillard a fait une faute importante pour l’écriture du nom de notre sandwich local, il a oublié le « t » final à pan bagnat. Il ne doit pas être d’ici, ce « t » final de bagnat indiquant que c’est un participe passé puisque ce met savoureux signifie littéralement « pain mouillé ». Certes, ce « t » n’est pas présent sur le document original, écrit par des individus lointains, mais ce n’est pas une raison pour colporter une erreur; les cartes en distribuent une grande quantité dans la toponymie car elles ne sont pas corrigées par des autochtones. Nous pouvons citer, entre autres, le magnifique « Cap d’ail » (on est dans le sud de la France, ail est bienvenue, on en mange beaucoup !) qui est la transcription erronée de « Caup d’Alh » ou Cap faucille en langue niçoise et selon sa forme; ou encore le savoureux toponyme « jus de gigot » trouvé sur une carte de l’arrière pays (désolé je ne me souviens plus où), transcription malheureuse, maladroite et erronée de « Jas da Guigo » qui était tout simplement la bergerie (Jas) d’un certain monsieur Guigo ….
Pour écrire dans un journal de province, un quotidien régional, encore faudrait-il un peu de culture locale et un soupçon de connaissance de la langue ainsi que des us et coutumes du pays.

Mots-clefs :, , , ,

Copyright © 2018 Bego.06. Theme signé Laptop Geek. Traduction WordPress tuto.