-

Tordons le cou aux fausses rumeurs de la droite

Publié par admin le 13 déc 2017 dans Enseignement, Humeurs

Certains médias de « droiteux » (Le Figaro, pour ne pas le nommer, en est un parfait exemple) dénigrent en permanence les fonctionnaires en général et les enseignants en particulier. Il se font la courroie de transmission de l’ensemble de la droite dite « libérale » qui est surtout une droite des riches et des nantis (ce qui revient à y inclure Macron, ses aficionados et le macronisme dans son ensemble) pour laquelle la France dépense trop pour son système éducatif, a trop de professeurs qui sont des fénéants par définition.

Une étude de l’OCDE montre bien le contraire. On savait déjà que les enseignants français sont parmi les moins bien rémunérés des pays de l’UE mais ce document indique que la France est aussi l’un des pays où le coût salarial des enseignants par élève est le moins important [rapport OCDE].

Un critère permet de comprendre « combien coûte », le travail d’un enseignant pour un élève. Il évalue ainsi la volonté de l’Etat à s’investir dans l’éducation via la rémunération de ses enseignants. En 2015, avec seulement 1 800 $/an dédiés au salaire d’un enseignant pour ses services auprès d’un élève de primaire, et 2 500 $ pour un élève de collège, la France se place loin derrière l’Allemagne. Nos voisins germaniques, investissent en effet près du double, et le Luxembourg, premier en la matière, y consacre quant-à-lui 5 à 8 fois plus d’argent.

On pourrait objecter que le PIB/habitants du Luxembourg est plus de deux fois supérieur à celui de la France, ce qui est vrai, mais cela ne résoudrait pas le problème pour autant : au Luxembourg 10% du PIB/habitant est consacré au coût salarial des enseignants par élève, alors qu’en France ce taux avoisine les 5%. Il en va de même en Allemagne, où on y engage 9% du PIB/habitant pour le primaire et 11.5% pour le collège.OCDE_cout-enseignement

La morale de cette histoire peut alors être facilement déduite par tout esprit normalement constitué : notre pays doit fournir des efforts budgétaires conséquents pour amener l’Éducation à un niveau comparable à ceux d’autres pays européens. Nous sommes donc bien loin des orientations budgétaires proposées par Macron et ses ministres. Des réformes s’imposent, dans le bon sens et non pas dans la voie proposée actuellement.

Mots-clefs :, , , ,

 
-

Les crédits de l’Education Nationale siphonés de 10 M€

Publié par admin le 7 déc 2017 dans Enseignement, Humeurs

EN_credit-priveAlors que le budget de l’EN est globalement insuffisant, ne voila-t-il pas que le sinistre (vous avez bien lu, il n’y a pas de faute de frappe) ampute encore les crédits en octroyant généreusement 10 M€ à l’enseignement privé. C’est indécent, c’est une provocation. L’argent public doit aller à l’enseignement public, entièrement à l’enseignement public; le privé doit se débrouiller seul.

 

Mots-clefs :, ,

 
-

La semaine scolaire de 4 jours prépare des générations d’analphabètes

Publié par admin le 7 nov 2017 dans Enseignement, Humeurs

Pour la rentrée 2017, les maires ont pu choisir la semaine de 4 jours à l’école primaire. Il en est un, Estrosi pour ne pas le nommer, qui a toujours fait ce choix déplorable en faisant plus une opposition purement idéologique et stérile plutôt que de favoriser l’éducation des élèves. Macron et ses ministres sont complices puisqu’ils ont pondu des textes permettant cette liberté imbécile alors que les texte initiaux de l’ancienne mandature étaient clairs : la semaine de 4,5 jours pour tous.Ecole en danger

Antoine Prost, historien de l’éducation, a signé, avec d’autres universitaires, une tribune dans Le Figaro les exhortant à ne pas faire ce choix qui serait très pénalisant pour les élèves.

Pour en savoir plus (VousNousIls)

 

 

Mots-clefs :, , , , ,

 
-

Chronique d’une feignante de prof : une semaine dans la peau d’une prof de collège

Publié par admin le 11 oct 2017 dans Consommation, Humeurs

Avec leurs 18 heures de cours par semaine, les profs sont-ils tous des feignants ? Avec son livre au titre provocateur, Laure Cometti prouve au contraire que le quotidien d’un enseignant, « ce n’est pas tout à fait le Club Med ». Chronique d’une feignante de prof retrace la « semaine délirante » de Laure, professeure de français au collège.

[Cliquez sur l'image pour lire l'article]

Voila un livre qui bouscule les lieux communs, qui rétablit la vérité. Il est à mettre entre toute les mains et en particulier celles des « droiteux » pour qui les professeurs sont les plus privilégiés et les plus fainéants des fonctionnaires.

Mots-clefs :,

 
-

Le ministre de l’Education crée un grand foutoir pour le calendrier des vacances scolaires
(… et ce n’est qu’un début)

Publié par admin le 25 sept 2017 dans Enseignement, Humeurs

Ecole en danger

Des académies commencent à sortir du cadre des 3 zones des vacances scolaires. Après celle d’Orléans-Tours c’est celle de Rennes qui se manifeste. Cela sous la pression d’élus locaux et d’entreprises qui veulent adapter enseignement à leurs désirs. Peut-être que bientôt l’Académie de Nice fera de même en décrétant des vacances scolaires du 1° novembre au 1° octobre afin d’avoir un maximum de clients potentiels. On rêve …

Au final, combien de zones de vacances en France ? Il y en avait 3 (zones A, B, C). Officiellement une zone D a vu le jour à Orléans-Tours le 22 septembre. Une cinquième se profile à Rennes. Et ce n’est pas fini. En autorisant chaque recteur à établir son calendrier personnel, le ministre envoie un signal politique mais surtout crée un grand bordel et mécontente profondément les parents qui avaient déjà pris leurs dispositions pour les vacances.

Lire l’article du « café pédagogique »

Fini l’unité et la réglementation nationale, nous entrons dans le « je fais ce que je veux », dans le grand foutoir. Pourquoi cette déréglementation ? Mystère ou alors c’est un galop d’essai vers plus d’autonomie des rectorats, prélude à l’autonomie des établissement. Nous allons droit dans le mur, où seront les égalités et l’équité vis à vis des élèves et des enseignements à l’échelon national ? Bientôt aurons-nous des programmes académiques, ou départementaux, ou locaux aux bons vouloirs et aux aspirations des élus qui ne connaissent rien dans ce domaine mais ne manqueront pas d’y mettre profondément leur « grain de sel » et leur veto sur des notions sensibles qui leur déplairont comme l’économie jugée insuffisamment libérales ou des thèmes de SVT qui leur déplairont (réchauffement climatique; pollution des sols; nuisance du nucléaire …).
Voilà encore une preuve du « grand n’importe quoi » et de l’impréparation totale de Macron et de son gouvernement de guignols.

 

Mots-clefs :, , , ,

Copyright © 2018 Bego.06. Theme signé Laptop Geek. Traduction WordPress tuto.