-

Vous avez-dit « ortograf » ?

Publié par admin le 22 juil 2017 dans Enseignement

Certains se plaignent de la qualité déplorable de l’écriture des élèves. Je ne parle pas de la calligraphie, qui comme chacun doit le savoir est « la science des ânes », mais de l’orthographe, de la syntaxe et de la clarté du discours.

En effectuant des rangements dans mes papiers, j’ai retrouvé une ancienne « production » d’un élève. Il s’agit de la fiche de synthèse que chaque membre d’un groupe de TPE doit rendre à l’issu du travail réalisé en commun. Les TPE sont réalisés en classe de première et comptent dans la notation du baccalauréat.

Comme le précisent les instruction officielles : «  la note synthétique est distincte de la production. Elle se présente sous forme de deux pages maximum, retraçant la démarche suivie et le bilan du travail effectué. »
En d’autres termes, il s’agit de rendre compte du travail de recherche et de réalisation du TPE. Il est nécessaire de préciser les différentes étapes depuis le choix du sujet par rapport aux deux disciplines concernées (Physique-Chimie et SVT); depuis la formulation de la problématique jusqu’aux démarches entreprises pour y répondre; des difficultés rencontrées et des éventuels changements de cap; du choix du support à la réalisation de la production; des motivations et de l’apport personnel de l’élève; vous devez rendre compte de votre TPE en justifiant chacune de vos décisions.

Le nom de l’élève concerné a été expurgé afin de ne pas lui nuire dans sa carrière actuelle. Bonne lecture (le texte entier est disponible en cliquant sur l’image)orthographe_Fiche-synthese-TPE

Comme cette « fiche de synthèse » ne correspondait que très peu aux critères demandés, qu’elle était difficile à comprendre, que l’orthographe et la syntaxe étaient déplorable la note s’en est nettement ressentie !

Mots-clefs :, ,

 
-

Pourquoi il ne faut pas voter pour Marine

Publié par admin le 1 mai 2017 dans Enseignement, Humeurs

En marge des grands pseudo-débats sur des questions non fondamentales telles que la fermeture des frontières, la sortie de l’Europe et de l’€; il faut apporter un éclairage sur les propositions indécentes et dangereuses du FN par l’intermédiaire de la grognasse Marine; mesures qu’elle passe volontiers sous silence afin de ne pas effrayer « le petit peuple ». Ces domaines sont d’une part l’Éducation et d’autre part l’Écologie.

Le programme éducatif : ni fait, ni à faire

Avec moins de 10 propositions sur les 144 engagements pour la campagne présidentielle, l’éducation reste un point secondaire du Front national. C’est d’autant plus vrai que ces propositions relèvent davantage du slogan que de mesures tant elles sont peu construites voire pas du tout chiffrées. Élitiste, sélective, l’École du FN limiterait l’accès du supérieur et orienterait dès la 4ème les élèves faibles leur bloquant définitivement l’accès au bac. L’École que dessine le Front national est en contradiction avec les intérêts des milieux populaires qui sont la base de son électorat.

Méritocratie et tri social précoce
« rétablir une véritable égalité des chances en retrouvant la voie de la méritocratie républicaine »
En fait d’égalité des chances, le FN veut limiter l’enseignement primaire aux fondamentaux et particulièrement au français qui utiliserait la moitié du temps d’école (et même 60% en CP, le calcul étant réduit d’autant). L’enseignement de langue vivante serait supprimé au primaire ainsi que les matières non fondamentales (français, maths, histoire). Les enfants entreraient au collège avec ce bagage réduit et seraient orientés en 4ème vers la fin du collège ou l’apprentissage.

L’éducation prioritaire, une dépense inutile
« au nom de l’égalité républicaine, le Front est pour la suppression de toute discrimination positive. Les établissements REP auraient les mêmes moyens que les autres et donc l’éducation prioritaire disparaitrait »
Le FN ne semble pas non plus intéressé par la mixité sociale. A la fin du lycée, un nouveau barrage attend les élèves. Le FN instaurera une sélection d’entrée à l’université pendant au moins 3 ans de façon à relever le niveau du bac ! !

La fin de la liberté pédagogique
Pour l’apprentissage de la lecture « On imposera la méthode syllabique partout [...] les enseignants pourront appliquer une autre méthode à la marge ».
Également, les programmes et les manuels scolaires seraient révisés et fortement orientés en fonction de l’idéologie du parti. Ce sera la fin annoncée de l’Histoire telle qu’elle vraiment pour une Histoire enjolivée, idéologique, révisionniste, franco-française-franchouillarde et romanesque.

On mesure la régression pédagogique que constituerait sa gestion des affaires scolaires. Les premières victimes seraient ses électeurs des milieux populaires. On mesure aussi l’impréparation du Front pour relever les défis de l’École française : lutte contre les inégalités et le décrochage, élévation du taux de diplomation. Quant au sort des enseignants : c’est le néant complet. Quid de la formation initiale et continue ? Qu’en sera-t-il du statut des professeurs, de leur rémunération, de la durée du travail en classe …Ecole en danger

 

Le programme écologique : proche du néant

Le nucléaire.
La candidate propose de poursuivre la construction de la centrale EPR, la poursuite du fonctionnement de la centrale de Fessenheim et le rafistolage des autres vieilles centrales. Un programme écologique sérieux commence par une sortie substantielle du nucléaire et un développement des énergies renouvelables.
Le site de Bure pour l’enfouissement des déchets nucléaires : rien !

Et le reste …
Elle se prononce pour l’interdiction de l’exploitation des gaz de schistes, mais en ajoutant « … tant que des conditions satisfaisantes en matière d’environnement, de santé et de sécurité ne seront pas réunies … » Il y aura donc possibilité de réaliser ces exploitations; alors que c’est une interdiction ferme et définitive qu’il faut.
L’aéroport de ND des landes : rien !
Les rejets des boues rouges de l’usine d’alumine de Gardanne : après une visite surprise-fiasco-total, elle ne dit rien sur ce sujet.
Exploitation massive de la forêt méditerranéenne pour approvisionner la centrale thermique de Gardanne : elle ne connait pas le sujet.
Faire diminuer la pollution atmosphérique en microparticules : rien.
Développer les énergies renouvelables : rien.
Limiter l’utilisation des engrais chimiques et des pesticides : rien.
Faire diminuer le transport des marchandises par la route et développer le fer-routage : rien.
Et c’est ainsi pour tout le dossier écologique : rien !FN_merde

Mots-clefs :, , ,

 
-

Ce marronnier qui refleurit à chaque printemps

Publié par admin le 22 mar 2017 dans Enseignement

[Marronnier : Au fig., journ. , Article de circonstance publié traditionnellement à certaines dates]

Chaque année, fin mars ou début avril, les médias nous ressortent le traditionnel « classement, ou palmarès selon le canard, des Lycées »; chacun y allant de ses commentaires. Les résultats sont ensuite très différents d’un média à un autre bien qu’ils aient les mêmes sources statistiques : celles du MEN ! Pourquoi ces différences ? Tout simplement parce qu’ils ne tiennent pas compte des mêmes critères.

Dans le pire des cas, seul le pourcentage de réussite au bac est utilisé alors que tout un chacun sait pertinemment que ce critère seul est de valeur très insuffisante car il dépend essentiellement de la population scolaire qui fréquente l’établissement ; avec de grandes différences socio-professionnelles et d’origines ethniques. Des lycées ont un échantillon important de la population favorisée alors que d’autres doivent se contenter de recevoir essentiellement du « tout venant ». Ces disparités sont le résultat du découpage géographique que l’on nomme la carte scolaire à laquelle il est difficile de déroger. Donc, pour un classement plus pertinent des établissements, il faut utiliser la « plus-value » qui est un calcul plus complexe tenant-compte de la faculté d’un Lycée à faire parvenir au baccalauréat les élèves « en difficulté », avec le taux de réussite au bac par rapport au nombre d’élèves qui entrent en seconde, Cette méthode rabote les lycées qui sélectionne massivement en cours de cursus.
En outre, le pourcentage de réussite au bac retenu est le taux global pour le lycée, sans faire intervenir les filières présentes ou absentes. Dans les lycées polyvalents (enseignement général et enseignement technologique) certaines séries (comme par exemple les STMG) font nettement baisser le taux global de réussite à l’examen.

Quant au classement des lycées professionnels, c’est une douce plaisanterie car le « baccalauréat » professionnel n’a absolument rien de comparable aux autres, c’est au mieux un BEP-plus. Mais la dénomination « baccalauréat » fait bien plaisir aux parents. Ah … ce foutu langage politiquement correct …

Autre imbécilité de ces classements : le mélange des établissements privés et publics. Tout est différent entre les deux.
Les établissements privés (sous contrat) truquent manifestement les scores de manières plus ou moins volontaires :
- ils ne sont pas soumis à la carte scolaire et reçoivent ainsi plus d’élèves de milieux favorisés (ce qui ne veux pas forcément dire d’élèves plus doués …).
- ils sélectionnent sur dossier les inscriptions; les « moins bons » (pour ne pas dire autre chose) ne sont souvent pas acceptés. Alors que dans le public tout élève du secteur est obligatoirement inscrit.
- en cours de scolarité, l’élimination des trublions, des fégniasses, des insuffisants est monnaie courante. On leur dit pudiquement « allez voir ailleurs » c’est à dire dans le public … La sélection pratiquée est alors une manière de ne garder que les potentiellement bons mais cette politique ne participe aucunement à l’éducation des masses, ni à offrir une chance à tous, ni ne permet la mixité ethnique et sociale. C’est du sectarisme pur et simple en contradiction totale avec les « beaux » principes de la religion catholique.
- l’année de terminale, ces établissements n’inscrivent officiellement à l’examen que les élèves dont ils pronostiquent la réussite certaine au bac. Les pauvres autres sont priés de s’inscrire « en candidat libre ». Cette astuce entraîne ipso-facto une augmentation forte du pourcentage de réussite au bac.

En résumé, ce classement des lycées dont les médias aiment nous rebattre les oreilles n’a aucun sens et ne présume pas de la réussite potentielle (ou pas) d’un élève inscrit ici ou là. Un bon élève réussira partout, un élève à moyens intellectuels plus faible réussira aussi certainement si l’établissement s’attache à mettre en place des moyens pour le suivi et le soutien, apportant de la plus-value. On verra cela dans le public où c’est gratuit mais extrêmement rarement dans le privé.

 

Mots-clefs :,

 
-

Rien à foutre

Publié par admin le 21 mar 2017 dans Futile-Inutile, Humeurs

Un individu « original » Jean-Marc Neumann, juriste spécialiste du droit de l’animal, veut que l’éthique animale fasse partie des programmes scolaires. Et le monsieur de préciser :  « il faut réécrire les manuels scolaires en pensant davantage aux animaux et en tenant compte des avancées scientifiques qui ont permis d’établir leurs capacités cognitives et leur sensibilité à ressentir de la douleur et à éprouver des émotions. »
Pour lui, « un enseignement précis sur l’éthique animale doit être intégré dans des cours en sciences de la vie ou en sciences naturelles ».

Remarquons tout d’abord qu’il ne doit rien connaître aux programmes des collèges et les lycées car les « Sciences Naturelles » n’existent plus depuis bien longtemps dans l’enseignement secondaire, elles ont été remplacées tout d’abord par l’ensemble « Biologie et Géologie », puis par le savoureux « Sciences de la Vie et de la Terre » ou SVT que beaucoup de journaleux ignares ne savent même pas écrire correctement, passons …

Ce personnage croit que nous aurions le temps d’ajouter cette couche de crème dans nos programmes déjà lourds et chargés. De plus, on n’en a rien à foutre de cette « éthique animale », de leur sensibilité de leur intelligence. Avec des idées comme cela, nous ne pourrions plus utiliser un quelconque animal vivant, ne serait-ce que pour l’observer ou mesurer sa respiration. Adieux poissons, grenouilles et souris, auxiliaires précieux de nos TP. Avec des positions pareilles il se pourrait même que l’on ne puisse plus disséquer un bestiau, des fois qu’il ne soit pas « vraiment » mort.
De toutes les façons, si ce bidule entrait dans les programmes il est bien entendu que je le passerait sous silence.

Mots-clefs :,

 
-

MLP contre NVB :
la candidate FN s’en est pris « plein la geule »

Publié par admin le 10 fév 2017 dans Enseignement

Le débat, ou plutôt le pugilat, était attendu par les téléspectateurs hier soir. Le match a été passionnant tout au long de l’émission. Pas une fois la candidate extrémiste n’a pu répondre correctement aux questions de la ministre de l’éducation nationale; pire, elle s’enfonçait de plus en plus dans des réponses évasives et souvent sans rapport avec le sujet. La Marine a été vaincue par KO !

Les points forts du match

Mots-clefs :, , , , , ,

Copyright © 2017 Bego.06. Theme signé Laptop Geek. Traduction WordPress tuto.