0

La semaine scolaire de 4 jours prépare des générations d’analphabètes

Publié par admin le 7 nov 2017 dans Enseignement, Humeurs

Pour la rentrée 2017, les maires ont pu choisir la semaine de 4 jours à l’école primaire. Il en est un, Estrosi pour ne pas le nommer, qui a toujours fait ce choix déplorable en faisant plus une opposition purement idéologique et stérile plutôt que de favoriser l’éducation des élèves. Macron et ses ministres sont complices puisqu’ils ont pondu des textes permettant cette liberté imbécile alors que les texte initiaux de l’ancienne mandature étaient clairs : la semaine de 4,5 jours pour tous.Ecole en danger

Antoine Prost, historien de l’éducation, a signé, avec d’autres universitaires, une tribune dans Le Figaro les exhortant à ne pas faire ce choix qui serait très pénalisant pour les élèves.

Pour en savoir plus (VousNousIls)

 

 

Mots-clefs :, , , , ,

 
-

Chronique d’une feignante de prof : une semaine dans la peau d’une prof de collège

Publié par admin le 11 oct 2017 dans Consommation, Humeurs

Avec leurs 18 heures de cours par semaine, les profs sont-ils tous des feignants ? Avec son livre au titre provocateur, Laure Cometti prouve au contraire que le quotidien d’un enseignant, « ce n’est pas tout à fait le Club Med ». Chronique d’une feignante de prof retrace la « semaine délirante » de Laure, professeure de français au collège.

[Cliquez sur l'image pour lire l'article]

Voila un livre qui bouscule les lieux communs, qui rétablit la vérité. Il est à mettre entre toute les mains et en particulier celles des « droiteux » pour qui les professeurs sont les plus privilégiés et les plus fainéants des fonctionnaires.

Mots-clefs :,

 
-

Le ministre de l’Education crée un grand foutoir pour le calendrier des vacances scolaires
(… et ce n’est qu’un début)

Publié par admin le 25 sept 2017 dans Enseignement, Humeurs

Ecole en danger

Des académies commencent à sortir du cadre des 3 zones des vacances scolaires. Après celle d’Orléans-Tours c’est celle de Rennes qui se manifeste. Cela sous la pression d’élus locaux et d’entreprises qui veulent adapter enseignement à leurs désirs. Peut-être que bientôt l’Académie de Nice fera de même en décrétant des vacances scolaires du 1° novembre au 1° octobre afin d’avoir un maximum de clients potentiels. On rêve …

Au final, combien de zones de vacances en France ? Il y en avait 3 (zones A, B, C). Officiellement une zone D a vu le jour à Orléans-Tours le 22 septembre. Une cinquième se profile à Rennes. Et ce n’est pas fini. En autorisant chaque recteur à établir son calendrier personnel, le ministre envoie un signal politique mais surtout crée un grand bordel et mécontente profondément les parents qui avaient déjà pris leurs dispositions pour les vacances.

Lire l’article du « café pédagogique »

Fini l’unité et la réglementation nationale, nous entrons dans le « je fais ce que je veux », dans le grand foutoir. Pourquoi cette déréglementation ? Mystère ou alors c’est un galop d’essai vers plus d’autonomie des rectorats, prélude à l’autonomie des établissement. Nous allons droit dans le mur, où seront les égalités et l’équité vis à vis des élèves et des enseignements à l’échelon national ? Bientôt aurons-nous des programmes académiques, ou départementaux, ou locaux aux bons vouloirs et aux aspirations des élus qui ne connaissent rien dans ce domaine mais ne manqueront pas d’y mettre profondément leur « grain de sel » et leur veto sur des notions sensibles qui leur déplairont comme l’économie jugée insuffisamment libérales ou des thèmes de SVT qui leur déplairont (réchauffement climatique; pollution des sols; nuisance du nucléaire …).
Voilà encore une preuve du « grand n’importe quoi » et de l’impréparation totale de Macron et de son gouvernement de guignols.

 

Mots-clefs :, , , ,

 
-

Le gouvernement continue de massacrer l’Education Nationale

Publié par admin le 21 août 2017 dans Enseignement, Humeurs

Sous le fallacieux prétexte de « faire des économies », le ministère de l’EN en prend un sacré coup directement et indirectement.

Suppression de 20 000 emplois aidés à l’Éducation nationale

Selon Libération, qui s’est procuré un document du Ministère du Travail, l’Éducation nationale pourra compter sur 50 000 emplois aidés à la rentrée, soit 20 000 de moins qu’à la rentrée 2016.
Ce sont Des emplois indispensables. On imagine mal pouvoir faire tourner les écoles sans contrats aidés. Ils remplissent des fonctions indispensables de la cantine aux aides administratifs, en passant par les animateurs du périscolaire ou des aides aux transport et à la sécurité. Les AVS qui accompagnent les enfants handicapés, indispensables au bon fonctionnement des classes, sont aussi des contrats aidés.

La rentrée du mauvais changement

Le ministre a  réussi à détruire 5 années de refondation presque sans y toucher. Il lui aura suffi de lâcher la puissante force des pesanteurs internes du système.

  • autorisation du retour à 4 jours de classe. Ceci va totalement à l’encontre des bienfaits pour les enfants démontré par les spécialistes, pédagogues, médecins, chronobiologistes. C’est la pression des maires de droites, opposés à la semaine de 4,5 jours par pure idéologie et sans s’intéresser aux avantages.
  • gel du salaire des fonctionnaires, donc des enseignants qui sont parmi les plus mal payés en Europe.
  • moindre créations de postes que prévues; ce qui va alourdir considérablement les effectif.
  • diminution des budgets de fonctionnement de établissements.

Ecole en danger

Toutes les mesures démontrent que l’éducation n’est absolument pas une priorité pour ce gouvernement; il la délaisse totalement alors que c’est un ministère-clé qui devrait justement échapper à la rigueur budgétaire, tout comme d’autres tels que la police, la santé et la justice.

Ce gouvernement de droite ne pense qu’à « redresser l’économie », mais en privilégiant le patronat, la finance au lieu de favoriser l’emploi, l’écologie et l’édcucation. Bref, ils ont « tout faux » et je ne lèverai pas le petit doigt pour soutenir cette lignée politique libérale que je désapprouve totalement.

Mots-clefs :, , ,

 
-

Vous avez-dit « ortograf » ?

Publié par admin le 22 juil 2017 dans Enseignement

Certains se plaignent de la qualité déplorable de l’écriture des élèves. Je ne parle pas de la calligraphie, qui comme chacun doit le savoir est « la science des ânes », mais de l’orthographe, de la syntaxe et de la clarté du discours.

En effectuant des rangements dans mes papiers, j’ai retrouvé une ancienne « production » d’un élève. Il s’agit de la fiche de synthèse que chaque membre d’un groupe de TPE doit rendre à l’issu du travail réalisé en commun. Les TPE sont réalisés en classe de première et comptent dans la notation du baccalauréat.

Comme le précisent les instruction officielles : «  la note synthétique est distincte de la production. Elle se présente sous forme de deux pages maximum, retraçant la démarche suivie et le bilan du travail effectué. »
En d’autres termes, il s’agit de rendre compte du travail de recherche et de réalisation du TPE. Il est nécessaire de préciser les différentes étapes depuis le choix du sujet par rapport aux deux disciplines concernées (Physique-Chimie et SVT); depuis la formulation de la problématique jusqu’aux démarches entreprises pour y répondre; des difficultés rencontrées et des éventuels changements de cap; du choix du support à la réalisation de la production; des motivations et de l’apport personnel de l’élève; vous devez rendre compte de votre TPE en justifiant chacune de vos décisions.

Le nom de l’élève concerné a été expurgé afin de ne pas lui nuire dans sa carrière actuelle. Bonne lecture (le texte entier est disponible en cliquant sur l’image)orthographe_Fiche-synthese-TPE

Comme cette « fiche de synthèse » ne correspondait que très peu aux critères demandés, qu’elle était difficile à comprendre, que l’orthographe et la syntaxe étaient déplorable la note s’en est nettement ressentie !

Mots-clefs :, ,

Copyright © 2017 Bego.06. Theme signé Laptop Geek. Traduction WordPress tuto.