0

L’humour involontaire de Nice-Matin

Publié par admin le 24 juin 2017 dans Futile-Inutile

Quel est le rapport entre les accidents de piscines, les sangliers et les cyclistes ?

Sanglier-Cyclistes_NM

Une malencontreuse erreur de mise en page permet de voir cette association humoristique sur le journal en ligne.

(vous aurez remarqué que dans ce billet je ne « tape » pas sur Estrosi;
cette fois il y est vraiment pour rien !
)

Mots-clefs :, ,

 
0

Contre l’EPR et sa cuve défectueuse

Publié par admin le 19 juin 2017 dans Humeurs

EDF, Areva, l’État français et même la Commission Européenne exercent aujourd’hui des pressions considérables sur l’ASN afin qu’elle qualifie la cuve de l’EPR de Flamanville « apte au service » malgré ses défauts : le gendarme du nucléaire doit publier un projet de position à la fin du mois de juin avant de rendre un avis définitif en septembre.
Dès aujourd’hui et pendant tout l’été, mobilisons-nous pour exiger de l’ASN qu’elle n’homologue pas la cuve défectueuse et pour rappeler que les intérêts de l’industrie nucléaire ne doivent jamais passer avant la protection des populations.

lire la suite

Signez et faites tourner la pétition « Ne validez pas la cuve de cristal » ici :
(lien vers la pétition)

Mots-clefs :, , , , , ,

 
0

Certains magazines publient vraiment n’importe quoi

Publié par admin le 16 juin 2017 dans Consommation, Futile-Inutile
Un célèbre magazine de programmes télé dont le nom commence par « Télé » suivit du nombre de jours dans une semaine (je n’ai pas cité son nom pour ne pas lui faire de peine) publie dans des pages dites « diététiques » essentiellement réservées au sexe faible qui gobe presque tout on peut lire la question suivante et sa réponse.Nutrition_Orange
Un peu interloqué par l’affirmation de la prétendue « experte en nutrition », qui n’est donc absolument pas une diététicienne, je me suis penché sur les tables officielles de composition des aliments. Il faut comparer des choses comparables, ce que ne suggère nullement ni la question, ni sa réponse. Les valeurs données sont pour 100g de partie comestibles.
100 g d’orange :
- énergie 197 kJ ( ne parlons plus des calories, unité désuètes et non officielle)
- Glucides (sucres) 8,3 g – Protides : 0,9 g – Lipides 0,1 g
100 g de jus d’orange 100% pur jus :
- énergie 198 kJ
- Glucides (sucres) 9,5 g – Protides 0,5 g – Lipides ?? g
Nous voyons nettement que les valeurs sont très proches, compte tenu des variations individuelles selon le fruit consommé. Un jus de fruit apporte un peu plus de sucres qu’une orange mais nous sommes loin du double ! !
Ceci contredit totalement les assertions fantaisistes de « l’experte », qui parle encore en « calories » alors qu’il faut utiliser le Joule pour les apports énergétiques. Ensuite, elle embraye sur les méfaits du sucre dont elle brosse un tableau apocalyptique. Sachant qu’il faut des apports en sucre, mais certes pas en excès. Cette personne ferait mieux de se renseigner pour informer honnêtement le lectorat avant d’écrire n’importe quoi. Ces gens là se prétendent spécialistes alors qu’ils n’en sont nullement. Informez-vous aux bonnes sources, auprès de médecins (des vrais) nutritionnistes et des diététicien(nes), pas auprès de charlatans qui s’enrichissent grassement sur le dos des benêts qui gobent tout ce qu’on leur raconte.

Mots-clefs :, ,

 
0

Estrosi nous vend sa (mauvaise) propagande

Publié par admin le 11 juin 2017 dans Humeurs, Les fantaisies de Christian

Estrosi se paye, avec notre argent, une propagande dans « le Point » :Le-Point_propagande-Estrosi

Certes, à Nice tout change.
La ville est un véritable gruyère, le tunnel du tram T2 s’effondre ici et là; des chantiers surgissent partout et s’éternisent en provoquant des embouteillages monstres; la promenade des Anglais se barricade; la vallée du Var n’en finit pas d’être bétonnée; une future « coulée verte » ruineuse et sans intérêt est prévue dans la vallée du Var pour faire oublier sa bétonisation; la halle sous-verrière rénovée de la gare du sud a été inaugurée par « sa majesté », mais c’est pour y installer des commerces pour bobos; Estrosi ancien-maire est redevenu maire en remplacement de son ex-maire-retourné-premier-adjoint (vous suivez ?); la semaine scolaire revient à l’absurde 4 jours de classe; les ferries et les navires de croisières polluent gravement l’atmosphère en rejettant des tonnes de microparticules lorsqu’ils sont à l’ancre. Ciotti tente d’expulser les pauvres migrants de « son » parc d’Estienne d’Orves; les transports en communs ressemblent de plus en plus à des boites de sardines; les impôts locaux n’en finissent pas d’augmenter contrairement à ce que dit Estrosi; de partiellement gratuit tout le parcours du carnaval est devenu payant; les rues sont de plus en plus des dépotoirs à ordures et les crottes de chien de plus en plus nombreuses… Voila quelques exemples des changements observés mais la liste n’est aucunement exhaustive. On ne peut vraiment pas dire, comme l’annonce le canard précité que « c’est en mieux ».

Bien au contraire, la situation de la ville empire. Estrosi continue de dépenser sans compter l’argent qui n’est pas le sien puisque c’est celui de nos impôts donc le nôtre. Et combien nous a coûté cette propagande journalistique mensongère et sans intérêt ?
Assez ! C’est assez; il faut mettre un terme à ces gabegies. Il faudra virer Estrosi lors des prochaines municipales, mais en attendant pensons à virer ceux qui monopolisent le département : Ciotti, Sales et les autres acolytes nuisibles. Le changement, c’est maintenant ! Attention cependant de ne pas remplacer des individus de l’ancienne droite UMPiste (je me refuse à utiliser le nouveau nom de ce parti qui est un nom commun applicable à bien d’autres personnes et souvent plus que pour eux) par des personnages de la nouvelle droite de « En Marche » ou pire d’élire un extrémiste de droite extrêmement à droite du FN.

Mots-clefs :, , , , , , , ,

 
-

Voici revenu le temps des glaces

Publié par admin le 4 juin 2017 dans Consommation

Dès que les « beaux jours » reviennent, que la chaleur commence à se faire sentir, quoi que de plus tentant qu’une bonne glace artisanale. Cela est d’autant plus facile que de très nombreux glaciers arborant en gros caractères « glaces artisanales » ou mieux en italien « gelati artigianali » fleurissent dans chaque rue, ruelle, passage, venelle, boulevard, impasse, forum, esplanade, agora, place et placette fréquentées par les proies faciles que sont les touristes. Nice étant une des ville, ou même LA ville, qui compte le plus de glacier au mètre-carré … c’est dire que le métier doit être très lucratif. En effet, ces boutiquiers osent proposer UNE boule de glace pour la modique somme de 2,50€ à 2,80€ ! ! Enfin, si la qualité réellement artisanale est là, pourquoi pas une fois en passant.

Hummm ... les bons colorants synthétiques

Cependant le qualificatif « artisanal » révèle bien des surprises.
L’expression « glace artisanale » ne permet pas de dire que le glacier a savamment concocté ses glaces avec des produits traditionnels tels que la crème, le lait, des œufs et des produits frais. N’importe qui peut se bombarder « artisan glacier » et préparer des prétendues « glaces artisanales »; aucun diplôme ni examen n’est nécessaire. Il suffit d’acheter une machine à glace pour turbiner, c’est à dire ajouter plus ou moins (souvent plus) d’air, à un mélange industriel et ouvrir le commerce.

En effet, un grand nombre de ces pseudo-glaces artisanales sont confectionnées avec des produits standardisés prêts à l’emploi vendus par l’industrie agro-alimentaire.

  • Le principal ingrédient est la « base » blanche :

La base blanche est la partie commune à toutes les crèmes glacées. Dans la plupart des cas, la base est un mélange de stabilisants, émulsifiants, épaissisants et sucres auquel on ajoute ensuite du lait. Une fois que la base blanche est réalisée, il suffit d’y incorporer l’arôme (souvent de synthèse), des colorants synthétiques, de turbiner puis de marbrer et décorer le bac. Il existe différentes bases. Le choix d’une base est déterminant pour le rendu final de la crème glacée. (Structure, texture, goût et conservation)
[description d'un marchand de ce "bidule" - la composition exacte n'est pas divulguée ...]

Alors que pour une véritable glace artisanale amoureusement confectionnée il faut : du lait, de la crème liquide, des jaunes d’œufs et du sucre. C’est tout, pas besoin de stabilisant, d’émulsifiant et autres « poudres magiques » en E… Parcourez les compositions et les ingrédients et vous ne consommerez plus jamais ces glaces.

  • On y ajoute des préparations pour parfums :
    - parfums classiques
    - parfums « modernes » (ce qui ne veut rien dire mais permet de proposer de tout et parfois n’importe quoi). Regardez en particulier, et ce n’est qu’un exemple, la composition du parfum « bleu schtroumpf » ! ! ! Pour ceux qui ne maîtrisent pas l’italien les ingrédients sont les suivants « sirop de sucre (sucre, eau), sirop de glucose, épaississant: E1422, arômes, colorants: E131. »
    - parfums de synthèse, de loin les plus nombreux, avec une grande collection de E…
  • On mélange tout cela et on turbine dans une machine à glace en introduisant plus ou moins d’air (souvent beaucoup plus), c’est le « foisonnement » qui rend la glace crémeuse et onctueuse et qui permet au « glacier » de vous vendre du vent au prix de la glace.

Autrement dit, la plupart de ces glaces artisanales ne sont qualifiées d’artisanales uniquement parce qu’elles sont préparées par le boutiquier, même si c’est à grand coup de mélanges plus ou moins mystérieux et franchement chimiques. Combien de glaciers sont réellement de vrais artisans et non pas des assembleurs de produits préparés industriellement ? En outre, lorsque l’on consomme ces préparations nous ne savons absolument rien de leur composition alors que pour les glaces industrielles vendue dans les grandes surfaces la composition est clairement indiquée, ce qui permet de faire son choix entre des barquettes à bas prix et de piètre qualité et les autres.
Quant au prix de vente, il atteint des valeurs astronomiques, la moyenne se situant vers 2,50€ la boule alors que cela leur revient à même pas 0,20€ en utilisant les processus industriels. Une très belle marge qui permet de financer facilement la location du local, l’amortissement du matériel, les salaires des employés, les charges diverses et variées et un très bon revenu net; sans compter (si l’on peut dire) que ces boutiquier ont souvent une double comptabilité, usent d’emplois au noir et payent leurs employés avec des élastiques. La belle vie …

Et pour en savoir (un peu) plus …

.

Au législateur de mettre un peu d’ordre dans tout cela : n’autoriser d’appeler « glace artisanale » que les glaces préparées uniquement avec des produits bruts – oeufs – lait – crème – fruits frais ou extraits naturels de ces fruits (comme pour la fumeuse mention « fait maison » des restaurant qui tarde beaucoup à apparaître), rendre obligatoire l’indication de la composition de chaque glace par exemple sous la forme d’un livret librement accessible à l’entrée de la boutique. Ainsi, les vrais artisans glaciers seront mis à l’honneur et les assembleurs de produits chimiques montrés du doigt; non mais ….
Deux exemples d’industriels fournisseurs de produits chimiques pour glaciers :
- Planet’glaces
- Pregel

Et pour bientôt : de la glace qui fond moins vite; on n’arrête pas « le progrès » !

Mots-clefs :, , ,

Copyright © 2017 Bego.06. Theme signé Laptop Geek. Traduction WordPress tuto.