0

Un gâteau que vous pouvez parfaitement ne pas confectionner, sinon à vos risques et périls

Publié par admin le 10 oct 2019 dans Consommation, Humeurs

Dans les magazines télé on trouve, en dehors des programmes, de tout et surtout n’importe quoi. Outre des publicités à la limite de l’arnaque et de la fraude (un exemple ici), ce sont les recettes culinaires qui tiennent souvent le haut du pavé avec des mélanges d’ingrédients souvent abracadabrantesques (comme disait l’autre). En voici un exemple extrait d’un numéro de magazine télé dont le nom se termine par « Z ».

Gateau-a-vomir_ingredients[ si vous voulez vraiment la suite de la recette, cliquez ICI )

Déjà, la lecture des ingrédients laisse pantois et interloqué, explications :

  • 1 pot de dessert nature végétal : ? ? C’est quoi ? je pense qu’ils voulaient dire ersatz de pseudo yaourt au soja (beeeuuurk) ; à la place d’un véritable et succulent vrai yaourt au lait entier.
  • 1/2 pot de boisson végétale : idem, c’est très vague. S’agit-il là aussi d’un « machin » au jus de soja (re-beurk) ? Annoncer 1/2 pot, cela dépend de la contenance du pot, part-on de 1L ou 0,5 L ou 33 cl ? Quelle imprécision, ou alors c’est fait pour rater la recette.
  • 2 cuillères à soupe de purée d’amande. Là aussi c’est imprécis, cela dépend de la taille, de la contenant de la cuillère. Il faut raisonner en masses : x g de … Et le terme de « purée » et mal employé, il s’agit de « poudre » d’amande.
  • 1 cuillère à café de vinaigre de pomme : acidifier le « truc », horreur.
  • 1 pot de sucre complet : quelle est la contenance du pot, j’en ai de 2L jusqu’à 125 mL … !
  • 1 pot de farine de riz : même remarque pour la contenance. Et pourquoi de la « farine de riz », c’est difficile à trouver et ce n’est pas aussi bon que la farine de blé.
  • 1 cuillère à soupe de poudre à lever bio : honnêtement, je ne vois pas de quoi il s’agit !
    Il existe deux sortes de levures. D’une part la levure chimique en poudre (mélange d’hydrogénocarbonate de sodium, d’acide tartrique et de pyrophosphate de sodium ) et c’est 100% artificiel non bio; soit il s’agit de la levure de bière (levure du boulanger = « Saccharomyces cerevisiae ») et ce n’est pas présenté en poudre mais en petit cube (levure fraiche) soit en petits granulés en sachet (levure déshydratée). Dans tous les deux cas c’est « naturel » (ce sont des champignons microscopiques) et forcément « bio » (quoi que …)
  • 2 cuillères à café de fécule de maïs : quelle idée saugrenue d’ajouter de l’amidon de maïs, il y avait déjà celui du riz. Remplacez-moi ces deux là par de la bonne farine de blé.
  • 1 poignée de fruits secs : noix, graines de courge, de tournesol : Et là aussi c’est n’importe quoi. La poignée dépend de la taille de la main et les noix, graines de ceci-cela ne sont pas des fruits secs mais des graines. Fruits secs : raisins, abricots, pommes … séchés !

Les personnes qui voudront se lancer dans la préparation de … ce truc auront déjà bien du courage à obtenir les quantités adéquates pour la réalisation, sans oublier le grand nombre d’ingrédients pas toujours utiles ou justifiés. Par contre, il nous manque l’essentiel, un bon corps gras comme le beurre.

Passons maintenant à la cuisson du « machin », vous pouvez en prendre connaissance en cliquant sur la photo ou bien ici.
La façon de préparer ce « truc » est également bizarroïde : il suffit de tout mettre dans un récipient et de mélanger. Nous sommes là encore totalement en désaccord avec les méthodes traditionnelles (et de la physique-chimie appliquée à la cuisine.) où, tout le monde le sait, par exemple le sucre doit être incorporé dans les oeufs afin qu’il s’y dissolve.
Le bidule est cuit à la vapeur, oui vous avez bien lu, à la vapeur ! Mais quelle est cette nouvelle horreur. Le prétendu gâteau va avoir une allure bizarre, un drôle de gout sans doute voisin du « Christmas pudding » anglais (je n’ai jamais mangé un dessert aussi horrible), bref à vomir. L’auteure du bouquin a un nom de consonance anglaise, ceci explique sans doute cela. Je vous l’avez bien dit : c’est à votre risque et péril.

Et dire qu’il y en a qui osent proposer de telles recettes, et dans des livres (payants) en plus. Sans doute qu’il existe des personnes assez imbéciles pour plonger là dedans. Le ridicule ne tue pas, dommage ! !

Mots-clefs :, , , ,

 
0

Humm … les bons produits pour les neuneus

Publié par admin le 26 sept 2019 dans Consommation

Dans divers magazines grand publics ciblés « ménagères de moins de cinquante ans » ou bien « séniors » (pour ne pas dire les vieux croutons ramollis du cerveau qui gobent tout ce qu’on leur raconte) vous trouvez souvent des offres alléchantes pour des produits alimentaires, produits souvent dit « de luxe » mais offerts ici et exceptionnellement pour les nouveaux clients à des prix dérisoires; produits accompagnés de cadeaux divers et variés comme : des couteaux, des planches à découper, des torchons, des bouilloires, des cafetières, des minuteurs, des grills; articles fabriqués en RPC et à très bas prix mais présentés comme étant de qualité inégalable, bref de la bonne et vraie camelote. Il en est ainsi de cafés « rares », de biscuits « à l’ancienne », de sardines « d’exception » et même de foies gras « avant-saison » … (liste non limitative). Tous ces boutiquiers ne vendent qu’à distance et n’ont aucune boutique réelle, même sur place.

Bloc-foie-gras

C’est un exemple de ce dernier cas dont je voudrais vous entretenir.

Ainsi, dans une publicité de ce type, une société (que je nommerai pas évidemment) implantée dans un magnifique moulin (c’est eux qui le disent) dans le sud-ouest se targue de proposer à un « prix choc » 6 blocs de 100 g de foie gras de canard pour la modique somme de 20€ ! Oui, 20€ seulement pour 600 g (!), plus des cadeaux évidemment.
Précisons déjà, pour ce qui ne le savent pas que le « bloc de foie gras » est une émulsion de plusieurs foies gras travaillés ensemble mécaniquement , un mélange subtil et homogène de bas morceaux de foies gras souvent de piètre qualité, salés et poivrés afin de masquer parfois un gout douteux. Rien à voir avec le foie gras entier ! Bref, le fois gras pour les pauvres. J’ai demandé, par courriel, à cette société de m’éclairer un peu sur l’origine de leur fois gras : sud-ouest, IGP, autres régions de France ? Bien entendu je n’ai reçu aucune réponse, étant entendu (en sous-entendu) que cette société qui se vante d’être dans le sud-ouest et de préparer eux-même sur place leurs produits utilise du foie-gras étranger (en général Hongrie et autre). C’est leurrer le consommateur qui croit alors acheter puis consommer un produit originaire du sud-ouest. Certes ils ne disent pas que leurs foies sont du sud-ouest, mais les benêts peuvent le croire. Sans compter que ces « offres » font du tord à nos vrais produits régionaux … mais qui sont beaucoup plus chers.

Et ce n’est pas la seule société qui arnaque ainsi le consommateur sur l’origine et la nature des produits, elles sont légion à faire passer des produits de qualité médiocre pour des produits « haut de gamme ». Mais que fait la DGCCRF ? Pas grand chose car d’une part leur nombre d’agents  fonctionnaires se réduit comme peau de chagrin (le gouvernement favorise de ce fait la prolifération d’entreprises, peu importe ce qu’elles font) et d’autre part il n’y a pas réellement fraude mais seulement une présentation textuelle suffisamment ambiguë pour leurrer, berner, tromper, arnaquer un consommateurs pas suffisamment vigilant et qui ne se préoccupe essentiellement que du prix, le plus bas possible pour manger de la merde sans se poser de question.

PS (non, pas le parti !) : bientôt un billet sur tous les « pseudo-médicaments miracles » et « naturels » qui guérissent presque tout depuis les cors aux pieds jusqu’à la surdité en passant par la prostate et qui, en plus, vous font maigrir. Bienvenue aux crédules.

Mots-clefs :, , ,

 
0

Côte d’Azur … ou Côte des « citrons » ?

Publié par admin le 3 août 2019 dans Consommation, Humeurs, Nice pratique

On peut légitimement se poser la question après ceci :

Les 'citrons" nous envahissent
Depuis le 2 aout 2019 notre beau pays est relié par des vols directs avec Pékin. le premier vol a vomi une quantité incroyable de ces « faces de citron » sur notre sol. Et ce n’est qu’un début puisque non seulement les « autorités » locales (cricri en tête qui faisant le fanfaron) ont accueilli ces envahisseurs venus de l’est, elles envisagent aussi de créer d’autres liaisons avec Shanghai et Canton. Comme si l’on n’avait déjà pas assez de touristes pollueurs ici.
De plus, ces jaunes viennent de Chine, pays éminemment démocratique comme tout le monde le sait, où l’on espionne chaque citoyen pour le noter et réprimer ses mauvais comportement, pays où le droit de parole, d’opinion et la liberté de la presse n’existent pas. Pays où l’on interne dans des camps de rééducation ceux qui ne veulent pas « marcher à la baguette ». Pays qui n’hésite pas à s’immiscer et à contrôler le peu de libertés qui existent dans les territoires « indépendants » de Hong-Kong. Pays qui nous fourgue déjà tout un tas de marchandises et même des fruits et légumes douteux.

La venue de ces individus ne bénéficiera qu’aux gargotiers-hoteliers-boutiquiers qui en profitent déjà en augmentant fortement leurs prix : j’ai vu des barquettes de 250g de cerises à Saleya pour la « modique » somme de  3,50€, la boule de glace à 2,70€ et la part de socca à 3,50€. Les autochtones apprécieront ! Nice qui était une ville de riche va devenir une ville vitrine, une ville de façade pour touristes où les vrais niçois travailleurs ne pourront plus habiter ni y vivre correctement. Il faudra alors que « sa majesté » crée des brigades de comédiens jouant le niçois de base pour faire croire aux touristes que la ville est encore habitée par des gens « normaux ».
De plus, venir de ce pays lointain, et d’autres aussi (pays du Golfe, Russie …), par avion est une imbécilité monstre, une attaque à l’environnement, un déni du dérèglement climatique.

Il faut que les mentalités changent, que l’on cesse de vouloir à tout prix faire venir des touristes chez nous pour « faire du fric ». Ce n’est qu’à cette condition que notre environnement sera protégé et que peut-être la vraie vie des habitants sera préservée.

Chinois : go home !

Sur la Côte d’Azur, seuls les citrons de Menton (IGP) ont le droit de cité.

Mots-clefs :, , , , , , , ,

 
-

C’est nouveau … et c’est dégeulasse !

Publié par admin le 19 juin 2019 dans Consommation

Andros vient de sortir « ça » :

mousse-chocolat-vegan_Beurk C’est gourmand qu’ils disent, c’est à vérifier; c’est végétal qu’ils disent … aïe, aïe … aïe … là je me méfie. Mais ne soyons pas mauvaise langue à priori. Vérifions d’abord la liste des ingrédients :

Lait de coco allégé 31,8% (eau, extrait de noix de coco), eau, chocolat 16.2% (sucre, pâte de cacao, beurre de cacao, cacao maigre en poudre, émulsifiant: lécithine de SOJA, arôme naturel de vanille), sucre, eau de coco, amidon, protéines de pomme de terre, émulsifiant: mono et diglycérides d’acides gras (colza), épaississant: carraghénanes, sel.

Mais, mais … où sont les ingrédient essentiels et fondamentaux d’une véritable mousse au chocolat ? C’est à dire, et uniquement :
- des œufs
- de la crème
- du chocolat noir à au moins 80% de cacao
- du sucre vanillé
Et dans ce « bidule », point d’œuf, que du chocolat à faible teneur en cacao, du sucre en quantité et tout un tas d’ingrédients saugrenus et sans intérêts : du lait de coco « allégé » (mais allégé en quoi ?) – de l’eau ! !  – de l’arôme « naturel » de vanille, c’est à dire un produit naturel transformé naturellement par des fermentation pour aboutir à un « truc » qui à le gout de la vanille mais qui n’en est pas – du sucre (lequel ? quantité ?) – de l’amidon (pour donner de la consistance à ce machin) – des protéines de pomme de terre (il faut des protéines puisqu’il n’y a pas d’œuf) – des épaississants et des émulsifiants.

En résumé, ce truc est une composition ultra-transformée, qui contient trop d’ingrédients sans intérêt si ce n’est donner l’aspect d’une mousse au chocolat à un assemblage qui n’en est pas. Bref, ne l’achetez pas, et surtout ne consommez pas cet ersatz végétal qui n’apporte rien de bon pour la nutrition et la santé. Préférez de vraies mousses au chocolat faites maison, c’est simple, bien meilleur et pas plus énergétique.
J’ai tenté de gouté ce bidule : infâme, c’est hyper sucré, le gout du chocolat on le cherche encore ainsi que l’onctuosité et la légèreté des véritables mousses au chocolat.

Les industriels de l’agro-alimentaire commencent sérieusement à « nous les briser menu » avec leurs produis allégés, sans machin-truc et végan.

STOP au VeganSTOP au VEGAN

Mots-clefs :, , , ,

 
-

Rien à voir entre l’emballage et la réalité

Publié par admin le 1 juin 2019 dans Consommation, Humeurs

L’avez-vous gouté ?

Cote-dor_orange_Tablette

Attiré par les inscriptions de l’emballage « fèves rares Trinitario » et « orange corsée », la salive commençait à envahir ma cavité buccale. J’achète une tablette, pour voir, et aussitôt arrivé à la maison, je coupe une barre de deux carrés pour déguster.

Quelques secondes après l’introduction en bouche et fonte partielle du-dit chocolat, une saveur indéfinissable est analysée par mon cerveau. Indéfinissable est bien le mot car le gout de « la fève rare » je le cherche et celui même du chocolat je le cherche encore. Aucune référence gustative de chocolat, pas d’amertume caractéristique. Et la saveur « orange corsée » ? Et ben … comment dire …. ? C’est plutôt une saveur chimique sans rapport aucun avec celle de l’orange, une « saveur » inconnue de la mémoire de mes neurones, rien, mais alors rien de comparable à de l’orange.
En résumé : pour le chocolat 2/20 et pour la saveur orange 0/20.

Mais alors, qu’y a-t-il dans ce « machin » ? Pour le savoir écarquillons les yeux car c’est écrit en tout petit :Cote-dor_orange_composition

Et là, on comprend mieux :
- Il n’y a que 60% de cacao, alors qu’un bon chocolat noir doit en contenir au moins 85%. Pourquoi n’ont-ils pas écrit ce pourcentage en gros au recto de l’emballage ? Mais pour leurrer le client avec la mention « fèves rares … », et ça a marché. Les fèves sont peut-être « bio » et « rares », mais le gout n’y est pas.
- Arômes naturels d’orange, là aussi on comprend; un arôme « naturel » est un arôme provenant de substances naturelles qui ne sont pas forcément celles du produit final, souvent transformées pour aboutir à une saveur proche (mais jamais identique) de celle du produit nommé. Bref, le produit initial n’est peut-être pas de l’orange mais est « naturel » (pas chimique .. bien que tout soit chimique; les êtres vivants sont constituées de molécules, chimiques … passons), il est ensuite transformé par des fermentations « naturelles » pour aboutir à un « machin » qui devrait avoir le gout de l’orange (ce qui n’est absolument pas le cas ici !). Nous sommes bien loin  de « extrait d’orange ».

« Cote d’or » nous avait habitué à des productions autrement meilleures; là c’est un échec total, une catastrophe gustative. Espérons que ce « bidule » soit rapidement retiré du commerce.

 

Mots-clefs :, , , ,

Copyright © 2019 Bego.06. Theme signé Laptop Geek. Traduction WordPress tuto.